En attendant la Fed…

Publié le 14/06/2017 par Chaguir Mandjee

La Bourse de New York a fini en hausse modérée mardi après deux séances tourmentées, ainsi les marchés ont été rassuré par le fait que ces deux séances n’étaient à mettre que sur le compte de la rotation sectorielle.

 

Les marchés se tournent à présent vers le FOMC qui se tient depuis hier : la Fed devrait procéder à une nouvelle remontée de ses taux directeurs pour les porter à 1-1,25%. Il s’agira de la 4ème hausse de taux directeurs depuis le début du tapering mais celle-ci était attendu, ainsi les investisseurs se concentreront surtout sur les prévisions économiques de l’institution. La Banque du Japon (BoJ) et la Banque d’Angleterre se réuniront également cette semaine.
En France, le parti La République en Marche sort largement en tête du 1er tour des législatives avec plus de 32% des voix laissant entrevoir une majorité forte à l’Assemblée Nationale. Ces résultats éloignent la question de la gouvernabilité de la France et rassurent les investisseurs. En effet, le gouvernement sera en mesure de mettre en place la réforme du marché du travail tant attendue notamment pour donner des gages à la Commission européenne. Le gouvernement en place devra également garder à l’esprit les objectifs en termes de finances publiques afin d’éviter les tensions à Bruxelles et sur les marchés obligataires.

En Europe, l’Italie et le Royaume Uni font face à leurs difficultés politiques : le risque italien semble s’éloigner avec les élections de dimanche dernier lors desquelles le parti eurosceptique 5 étoiles est sorti perdant. On observe ainsi la poursuite de la baisse de la prime de risque italienne sur les taux souverains.

 

Au Royaume Uni, au-delà des difficultés rencontrées par Theresa May, l’environnement économique poursuit sa dégradation : les pressions inflationnistes se font sentir, et les dépenses des consommateurs ont baissé de 0,8% au mois de mai, première baisse en 4 ans, selon un rapport d’IHS et Visa publié ce lundi. Les européens se montrent pressants sur les négociations du Brexit. Comme attendu, Bruxelles a proposé de nouvelles règles en début de semaine visant par exemple à déménager sur le continent une partie des activités financières, notamment les chambres de compensation de produits libellés en euros. Si les pressions extérieures se multiplient pour que Theresa May assouplisse sa position sur le Brexit, elle a confirmé hier soir que les négociations commenceraient comme prévu la semaine prochaine.

 

Par Chaguir Mandjee

Directeur Général de Haas Gestion

Partagez cet article