Sérénité sur les marchés…

Publié le 22/12/2016 par Chaguir Mandjee

La sérénité semble s’être installée sur les marchés depuis quelques semaines. En effet, ni l’accord OPEP-Russie, ni le résultat du référendum Italien, ni les décisions et discours de la BCE et de la FED n’ont remis en cause l’appétit pour le risque dans un contexte toujours plus inflationniste.

Aux Etats-Unis, les mises en chantier de logements ont baissé en novembre de 18,7% après avoir atteint le mois précédent leur plus haut niveau depuis neuf ans. Même ces statistiques décevantes n’ont pas changé la dynamique des marchés : la Bourse de New York, a connu mardi 20 décembre 2016 une nouvelle séance de hausse qui a permis au Dow Jones et au Nasdaq de battre leurs records en séance et de clôture. Le Dow Jones est proche des 20 000 points. En 2017, les mouvements à venir dépendront de la politique mise en place par l’administration Trump.

Par ailleurs, les déclarations lundi de la présidente de la Fed, Janet Yellen, sur la solidité du marché du travail et la croissance des salaires contribuent à soutenir l’idée d’une accélération du resserrement de la politique monétaire de la Fed en 2017.

Le pétrole continue sa remontée même si le renforcement du dollar devrait faire baisser un peu les cours mais la confiance progresse sur le fait que l’OPEP semble vouloir respecter ses quotas.

Au Japon, la banque centrale semble plus optimiste pour l’année 2017, mais conserve les taux directeurs négatifs, et les programmes d’achats d’actifs afin de maintenir les taux souverains à 10 ans autour de 0%. Si ce niveau cible avait cessé d’être contrôlé au Japon, s’ajoutant au contexte de hausse des taux aux Etats-Unis, cela aurait contribué à faire repartir l’ensemble des taux souverains à l’échelle globale à la hausse en cette fin d’année.

En Europe, l’attention reste focalisée sur la banque italienne Monte dei Paschi, l’institution peine en effet à convaincre les acteurs privés de souscrire à l’augmentation de capital et à la conversion de dettes en actions. Ainsi, le gouvernement Italien s’apprête à faire voter la création d’un fonds de sauvetage du secteur bancaire d’un montant proche de 20 MM€. Il le lancera si la perspective d’une recapitalisation de Monte dei Paschi di Siena par des capitaux privés échoue. Cependant, selon Bloomberg, il faudrait €52 milliards pour recapitaliser le secteur, bien plus que le package proposé par le gouvernement.

Enfin, la publication ce jour de la confiance du consommateur en zone euro alimente l’optimisme actuel. Cette bonne statistique fait suite à une série de données qui confirment la bonne orientation de la croissance en fin d’année, dont les indices d’activité PMI puis l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne.

Par Chaguir Mandjee

Directeur Général de Haas Gestion