Actualité des marchés financiers – La croissance mondiale en cause…

Mis à jour le: 24/10/2014 par Vincent Cudkowicz

Ces dernières semaines, les marchés sont passés d’un risque de « normalisation de la politique monétaire US » avec ses conséquences sur les taux d’intérêts et les marchés Actions, à un risque fortement accrue sur la croissance mondiale

Quels sont les catalyseurs qui ont déclenchés ce risque ?

  • La forte hausse du dollar contre l’ensemble des monnaies fragilise à terme l’économie US.
  • La forte baisse du prix du pétrole et de l’ensemble des prix des matières premières confirme le ralentissement actuel et futur de l’économie mondiale.
  • Les derniers indicateurs venant de la 1ère économie de la zone Euro (Allemagne) confirment une dégradation très nette de la dynamique du 1er semestre 2014
  • Les tensions géopolitiques persistantes en Ukraine et au Moyen Orient, et surtout l’impact du virus Ebola sur les échanges mondiaux dans les mois à venir.

Quelles en sont les conséquences ?

  • Anticipation d’inflation plus faible aux US, et donc très probablement un décalage sur la hausse des taux US au début de l’année 2016 au lieu de mi-2015, avec une forte baisse des T Bonds vers 2,2% au lieu 2,5 / 2,7% sur les 10 ans et une moindre pression haussière sur le dollar
  • La probabilité d’une faible récession en Europe a fortement augmenté (deux trimestres consécutifs à – 0,2% par exemple), avec un renforcement du risque déflationniste et ses conséquences sur les publications de résultats à venir.

Mais quelques éléments positifs….qu’il ne faut pas sous-estimer.

  • Les grands gagnants de la forte baisse des prix énergétiques sont les consommateurs des pays développés.
  • La baisse de l’Euro est trop récente, et n’a pas encore produit ces effets sur l’économie Européenne et les résultats des sociétés.
  • Les risques déflationnistes grandissant vont normalement accélérer l’intervention de la BCE.
  • Et en dernier les valorisations recommencent à devenir attractives surtout en Europe dans le cadre d’un environnement de taux d’intérêt toujours orienté à la baisse et particulièrement bas.

En conclusion : La volatilité oui, mais il y a des opportunités pour celui qui dispose de liquidités dans son portefeuille.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur