Actualité des marchés financiers – La croissance mondiale observée

Mis à jour le: 30/10/2014 par Vincent Cudkowicz

La croissance mondiale est aujourd’hui l’un des principaux éléments de préoccupation des investisseurs. Les révisions à la baisse des prévisions de croissance du FMI et les indicateurs mitigés relatifs à l’économie allemande ont apportés une certaine tension sur les marchés.

En Allemagne les chiffres de la production industrielle reculent fortement en Août de 4%. Si une correction était attendue, elle ne l’était pas de cette ampleur puisque les investisseurs anticipaient un recul de l’ordre de 1.5%). Malgré tout, la croissance allemande est anticipée à un niveau proche de 1.5% en 2014 et en 2015 faisant de l’Allemagne encore le principal moteur de la croissance Européenne.

Le FMI a également communiqué ses prévisions de croissance en Europe pour les années 2014 et 2015. Dans les deux cas, elle a revu ses anticipations à la baisse soit 0.8% en 2014 et 1.3% en 2015. A l’origine de ses nouvelles prévisions, l’Allemagne qui est impacté par les tensions géopolitique en Ukraine et la France et l’Italie qui peinent à redresser de manière significative leur économie et à se réformer. Le risque de déflation et de récession se sont accrus ses dernières semaines pour la zone Euro.

Malgré ses incertitudes, nous pouvons penser que certains éléments pourraient soutenir la croissance mais dont les effets seront plutôt observés en 2015 comme la baisse durable de l’Euro qui devrait bénéficier à des pays comme l’Espagne et l’Italie.

La Chine continue d’afficher une dynamique positive de son activité malgré quelques indicateurs plus mitigé comme le montre l’indice PMI composite qui ressort en légère baisse sur le mois de septembre (52.3 contre 52.8). Les autorités chinoises restent attentives et présentent pour maintenir ce niveau de croissance contenue entre 7% et 7.5%. Ainsi, alors qu’elles veulent continuer de réduire le niveau global de crédit afin d’éviter la création de bulles, elles continuent de se réformer afin d’équilibrer son modèle de croissance.

Dans ce contexte et malgré les prévisions de croissance en Europe, nous restons positifs à moyen-long terme sur les actions européennes. La phase de consolidation que nous connaissons actuellement sur les marchés pourrait offrir de nouvelles opportunités.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur