Edito du mois : It’s politics, stupid

Mis à jour le: 05/07/2018 par Jonathan Levy

USA TRUMP

Lors de la cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron le 14 mai dernier, Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel a cité Chateaubriand : « pour être l’homme de son pays, il faut être l’homme de son temps ». Cette vérité est frappante quand on compare Macron avec Trump. Les premiers pas du premier contrastent avec les erreurs du second. Les Etats-Unis d’Obama ont perdu un peu de leur influence dans le monde, les Etats-Unis de Trump perdent maintenant leur crédibilité.

 

Les marchés financiers commencent à se préoccuper des frasques de Donald Trump. La volatilité qui était tombée à un plus bas historique est brutalement remontée de 40% en une semaine. L’affaire qui pèse le plus est celle entourant le limogeage du patron du FBI. Certains y voient une entrave à l’enquête sur les relations entre l’équipe de Trump et la Russie. Les appels à la destitution sont de plus en plus nombreux. Cependant, on est encore loin d’une destitution. D’abord, cette procédure doit être lancée par la Chambre des Représentants, dont la majorité actuelle est Républicaine. Ensuite, dans le passé, elle n’a été lancée que 2 fois, mais n’a jamais abouti. Cela étant, le dernier exemple date de l’affaire Lewinsky qui avait touché Bill Clinton, et qui avait fortement marqué la dernière année de son 2ème mandat.

 

Les marchés vont donc devoir vivre au gré du développement de cette affaire, alors que les attentes sont très grandes vis a vis de la politique économique américaine. Ainsi, sur la scène nationale Trump perd chaque jour un peu plus sa crédibilité, ce qui rend de plus en plus difficile la recherche d’un consensus dans les rangs des Républicains. On se demande dans quelle mesure le président américain arrivera à donner le coup de fouet nécessaire à l’économie, avec notamment une réforme fiscale très attendue.

 

Sur la scène internationale également Trump perd des points semaine après semaine. Trump l’imprévisible n’applique pas la politique étrangère qu’il avait dessinée pendant sa campagne. Il avait annoncé qu’il était prêt à un véritable bras de fer avec la Chine, accusée de détruire des millions d’emplois aux Etats-Unis. Aujourd’hui, il est beaucoup plus mesuré, tant il a besoin d’eux pour traiter un des enjeux majeurs sur le plan de la sécurité, la crise avec la Corée du Nord. De plus, son combat avec la Chine est d’arrière-garde. Il était le seul au monde à affirmer que le Yuan est sous-évalué. Tous les économistes craignent que ce soit plutôt l’inverse.

 

Sur les questions internationales, Trump ne semble pas non plus vivre avec son temps, en reculant autant sur la lutte contre le réchauffement climatique. La position qu’il a tenue lors du dernier G7 a le don de fâcher ses partenaires. Toutes les sorties de Trump, avant et après son élection sont basées sur le rapport de force avec ses partenaires. Il ne recherche plus le consensus, mais à imposer la loi du plus fort. Le président américain sème la zizanie au sein de l’Europe, en se félicitant du Brexit et en défiant les Allemands sur l’excédent commercial, coupable de tous les maux des Etats-Unis.

 

En 1992, Bill Clinton déclarait pendant sa campagne : « It’s the economy, stupid », sous-entendant que les enjeux économiques étaient absolument primordiaux. Il est temps d’intégrer les enjeux politiques pour relever les grands défis mondiaux, qui nécessitent plus de coopération entre les pays. Cher Donald Trump, It’s politics, stupid.

 

Par Jonathan Levy

Président, co-fondateur de bienprévoir.fr

Vidéo associée