Euro-croissance : la gestion financière des contrats

Mis à jour le: 22/10/2014 par Vincent Cudkowicz

Les contrats euro-croissance sont des contrats d’assurance vie de nouvelle génération destinés à mieux contribuer au financement de l’économie française. Ils sont nés du rapport des députés Berger-Lefebvre, remis le 2 avril 2013, intitulé « Dynamiser l’épargne financière des ménages pour financer l’investissement et la compétitivité ».

Il est quasi certain que le coût de la gestion financière sera supérieur à celui des fond euros classique, vitaminés ou immobiliers , puisque ce type de fonds investira aussi dans des entreprises non cotées et des PME, ce qui est plus chronophage pour les gérants et donc plus cher pour l’assuré.

Le président de la fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) n’est en revanche pas favorable à la proposition de conditionner à la souscription de contrats Euro-croissance, le maintien d’une fiscalité avantageuse sur les contrats de plus de 500 000 euros. D’après lui cette mesure reviendrait à engendrer une épargne à deux vitesses et un changement de fiscalité qui risquerait de condamner le succès du produit, avant même de l’avoir lancé !

Il ne faut pas oublier aussi que bon nombre de fonds en euros ont « du rendement sous le pied » grâce notamment aux provisions pour participation aux excédents (constituée des plus-values latentes sur les placements). Fin 2012, cette réserve de rendement se situait, en moyenne, à 3,85 %, soit une capacité à soutenir le rendement des fonds de 0,40 % durant 8 années !

A l’opposé les contrats euros croissance diffusés à partir de 2014 n’auront évidemment aucune réserve et surtout ils débuteront dans un contexte de taux faibles, ce qui compliquera leur tâche pour générer de la performance. Mais ils auront pour eux le temps, 8 longues années, pour faire leurs preuves.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur