La baisse de l’inflation restera durable…

Mis à jour le: 05/07/2018 par Chaguir Mandjee

EDITO

Le taux d’inflation de la zone euro publié ce matin pour le mois de décembre a sans surprise reculé au mois de décembre avec une valeur de l’inflation à -0,2 %, ce qui est une première depuis octobre 2009. La chute du prix du pétrole, qui devrait rester à un faible niveau cette année, implique en effet un passage du taux en territoire négatif pour la majorité de l’année 2015. Dans ce contexte de risque déflationniste, amplifié par la forte chute des anticipations d’inflation lisibles sur les marchés financiers, les anticipations d’action de la BCE devraient continuer de se renforcer. En outre, les taux souverains européens marquent une nouvelle baisse, avec un ré-écartement des spreads entre pays « core » (forte chute de 7 pb et 0,73% sur les taux français) et les pays périphériques (+3 pb en Espagne et Italie sur l’échéance 10 ans).

En France, si les ménages ont positivement réagi aux dernières évolutions du pétrole ou de l’euro avec un net regain de confiance, les dirigeants d’entreprise restent très prudents. Alors que le gouvernement français maintient une prévision de croissance à 1% en 2015, la France doit pouvoir bénéficier de la dépréciation de l’euro, de la baisse du prix du pétrole et des taux d’intérêt bas mais aussi des décisions déjà prises par le gouvernement (crédit d’impôt compétitivité emploi et l’entrée en vigueur du Pacte de responsabilité, i.e. baisse des cotisations). Ces mesures devront être renforcées dans les prochains mois tout en accélérant les réformes sur le plan microéconomique.

En Chine, Le gouvernement chinois a annoncé l’accélération de son plan d’investissement dans les infrastructures. Pékin a approuvé au total un paquet de 7 000 MMCNY d’investissements pour l’année 2015, soit 1 100 MM$. Cette annonce s’inscrit cependant dans le cadre du plan budgétaire total, qui prévoit historiquement des investissements publics d’envergure. Par mesure de comparaison, à fin novembre dernier, l’ensemble des investissements dans l’économie chinoise depuis le début de l’année se chiffrait à 45 000 milliards de yuan, dont une partie importante était du fait des autorités publiques.

Enfin le prix du baril de pétrole continue de chuté lourdement avec une succession de nouvelles confirmant l’excès d’offre sur le marché et la guerre des prix entre les pays producteurs. L’ensemble des pays exportateurs de pétrole souhaite compenser la baisse des cours par un accroissement des volumes et ainsi limiter les effets néfastes sur leurs soldes courants et budgétaires. Cette stratégie pèse fortement sur les prix et renforce l’hypothèse d’un baril de pétrole durablement sous pression. Dans ce contexte, la tendance désinflationniste dans le monde devrait prendre de l’ampleur progressivement offrant un support à la croissance à travers un gain important en pouvoir d’achat pour les ménages et une amélioration des marges des entreprises.

 

Par Chaguir Mandjee

Directeur Général de Haas Gestion