La délicate équation des banques centrales…

Mis à jour le: 28/01/2016 par Chaguir Mandjee

La réunion de la Fed de ce mercredi 28 octobre devrait sans surprise aboutir à un statu quo. Il devrait confirmer une vision toujours encourageante de la Fed sur la dynamique interne de croissance, tout en soulignant les incertitudes sur les perspectives d’inflation, dans un contexte de nouveau recul des prix du pétrole, la volonté d’en savoir plus sur l’environnement économique actuel aux Etats-Unis, en attendant notamment les chiffres de PIB qui seront publiés demain (puis révisés dans les prochaines semaines) et la nécessité d’une confirmation que la croissance chinoise est sous contrôle. En Europe, le ton très accommodant adopté par Mario Draghi en fin de semaine dernière lors de sa conférence de presse a constitué un soutien de poids pour les marchés actions européens. Toutefois, ce rebond reste associé à des inquiétudes de la banque centrale, donc à de « mauvaises raisons » qui encouragent à rester prudents pour les prochaines semaines. L’enjeu pour un rebond durable des marchés actions reste la confirmation d’une dynamique de croissance solide, aussi bien en zone euro qu’aux Etats-Unis, mais aussi que le ralentissement des pays émergents, en particulier en Chine, reste sous contrôle.

D’autre part, la publication des indices PMI pour le mois d’octobre devrait confirment une tendance qui reste bonne, mais une nouvelle baisse, même modérée, après celle de septembre pourrait alimenter les inquiétudes.

En France, les travaux sur le budget 2016 avancent, avec le vote du budget de la Sécurité sociale, en parallèle, le recul du chômage en France donne un message encourageant, même si ce premier mouvement ne constitue pas encore en soi un changement de tendance, et laisse la France au rang des mauvais élèves en zone Euro.

En Chine, l’assouplissement monétaire de la banque centrale chinoise annoncé vendredi de la semaine passée constitue un nouveau soutien pour la classe actions, reflétant la volonté de Pékin de poursuivre ses opérations visant à limiter le risque d’une chute brutale de l’activité. Ceci est intervenu alors qu’a lieu la session plénière du Parti communiste cette semaine, à l’occasion de laquelle seront dévoilées les grandes orientations stratégiques du gouvernement chinois pour les cinq prochaines années. Ce plan devrait refléter la volonté de Pékin d’accompagner la mutation du modèle économique au profit du secteur des services, mais aussi de maintenir un rythme de croissance toujours soutenu.

Dans ce contexte, les éléments à disposition de la Fed devraient lui permettre de conserver sa vision encourageante sur l’environnement domestique actuel, au regard de l’amélioration graduelle des statistiques économiques américaines. Alors que la Chine devrait confirmer cette semaine sa volonté de réformes, tout en soulignant l’ampleur de ses marges de manœuvre lui permettant de limiter tout risque de chute brutale de l’activité.

 

Par Chaguir Mandjee

Directeur Général de Haas Gestion