Edito du mois : Le défi européen

Mis à jour le: 05/07/2018 par Jonathan Levy

Crise Espagnole- Catalogne

Les marchés actions évoluent depuis quelques jours sur leurs plus hauts annuels. L’indice phare européen, l’Eurostoxx 50, est ainsi en hausse de 9% depuis le début de l’année. Il a à peine sourcillé avec la crise Barcelone-Madrid. Les marchés ne semblent pas du tout inquiets face à cette crise politique majeure pour l’Espagne.

 

Lorsqu’on regarde l’évolution de la monnaie unique depuis le début de la crise, on constate qu’elle a juste légèrement baissé. Mais cela tient plus aux nouvelles anticipations de hausse des taux aux USA, et à un retrait plus progressif du QE de la part de la BCE.

Pour l’instant, cette crise au cœur de l’Europe n’est pas vraiment un sujet pour les marchés financiers. Et pourtant, ils s’étaient inquiétés des risques politiques lors des différentes élections de début d’année, notamment lors des présidentielles en France.

 

En réalité les marchés s’inquiètent davantage du risque populiste que du risque indépendantiste de certaines régions. Une différence majeure existe entre les deux : les partis indépendantistes ne sont pas eurosceptiques, contrairement aux partis populistes.

La Catalogne n’est pas la seule région tentée par l’indépendance. Elle est suivie par la Vénétie et la Lombardie qui souhaitent négocier plus d’autonomie avec le gouvernement italien. Les revendications sont d’abord d’ordre fiscal. Dans ces deux régions riches de l’Italie, les impôts payés par la population sont en grande partie utilisés pour soutenir d’autres régions plus pauvres du pays. Ces régions souhaitent désormais conserver localement 90% de leurs impôts afin de plus profiter des fruits de leur travail.

Mais pour autant, ces régions indépendantistes ne sont pas favorables à une sortie de l’Union Européenne ou de la zone euro. Et pour cause, l’Union Européenne reste la destination privilégiée des exportations de la Catalogne ou de l’Italie du Nord. Et les investissements étrangers proviennent principalement de l’Europe.

 

Pour les marchés financiers, le risque majeur résulte plus de la montée des partis populistes eurosceptiques, dont le dessein est la désintégration de la monnaie unique. Or aujourd’hui, il est indéniable que la stabilité monétaire repose en très grande partie sur les épaules de la BCE. Un éclatement de la monnaie unique rendrait complètement inopérante la BCE, et menacerait donc le financement des dettes souveraines européennes. Le risque populiste est en fait un risque d’ordre systémique pour les marchés qui nous ramènerait 5-6 ans en arrière, lors de la crise des dettes souveraines de la zone euro.

Après un pic lors du référendum sur le Brexit en 2016, ce risque semblait être temporairement écarté avec l’élection d’Emmanuel Macron en mai dernier. Mais la poussée du parti AfD en Allemagne le mois dernier et les discussions entre le futur chancelier autrichien Sebastian Kurz et le parti d’extrême droite FPÖ montrent que ce mouvement populiste est loin d’être circonscrit.

 

Il y a donc urgence à agir pour améliorer le fonctionnement de l’Union Européenne et de la zone euro. La population européenne aspire, à juste titre, à obtenir plus de protection face à la mondialisation qui s’est traduite par des délocalisations, de nombreuses pertes d’emplois et d’une pression à la baisse sur les salaires. C’est tout l’enjeu de la réforme de la directive des travailleurs détachés. Il faut permettre (et même encourager) la libre circulation des biens et des personnes au sein de l’Union, et à la fois ne pas appauvrir les pays riches par un dumping social ravageur. Mais il ne faudra pas s’arrêter là.

Les politiques doivent absolument avancer sur les sujets bloqués depuis des années : la convergence sociale et fiscale et la politique commerciale. Ils ont une fenêtre inédite pour nous proposer des réformes justes et efficaces avant les prochaines élections européennes en 2019. Assez discourir, il faut maintenant agir. Jean-Jacques Rousseau disait bien : « L’homme n’est point fait pour méditer, mais pour agir ».

Par Jonathan Levy

Président, co-fondateur de bienprévoir.fr