Le Medef s’en prend à l’ISF et à la taxe à 75%

Mis à jour le: 22/10/2014 par Vincent Cudkowicz

Les suggestions de Pierre Gattaz, nouveau président du Medef

Lors du discours d’ouverture des universités d’été du Medef, son nouveau président Pierre Gattaz, qui a succédé à Laurence Parisot le 3 Juillet 2013, a préconisé un abolissement de l’ISF ainsi que le retrait du projet de la taxe à 75%, afin de ne plus « décourager les investisseurs et les actionnaires, qu’ils soient français ou étrangers ». Ces impôts « symboles », tels que définis par Pierre Gattaz, sont perçus comme des outils « qui font tant de dégâts en France, en Europe et à l’international pour l’attractivité de notre pays ». Selon lui, c’est l’ensemble des impôts qu’il faudrait baisser régulièrement « en nombre et en valeur, en même temps que la baisse des dépenses publiques » afin de retrouver une compétitivité économique.

ISF et taxe à 75% : Où en est-on ?

Après le rejet par le Conseil Constitutionnel d’une première mouture de la taxe qui fait tant polémique et dans l’optique d’une prise en compte de celle-ci dans le budget 2014, elle sera présentée au Parlement. Elle envisage dorénavant, et durant les deux prochaines années, de taxer les revenus perçus au-delà de 1 000 000€. La somme devra alors être acquittée par l’employeur et non pas par le salarié.

Quant à l’ISF, depuis son durcissement de cette année, il est réparti en cinq tranches, donne lieu à une taxation comprise entre 0,5 et 1,5%, et concerne les détendeurs de patrimoines nets d’une valeur supérieure à 1 300 000€. Précédemment, seules deux tranches d’imposition existaient et donnaient lieu à une taxation à hauteur de 0,25 et 0,5%.

Par pour bienprévoir.fr

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur