Les marchés européens stables dans les premiers échanges

Mis à jour le: 22/10/2014 par Vincent Cudkowicz

Les principales Bourses européennes évoluent autour du point d’équilibre vendredi dans les premiers échanges, des données en matière de produit intérieur brut (PIB) supérieures aux attentes en Allemagne et en France, la progression de Wall Street la veille et la bonne tenue de l’action ThyssenKrupp n’étant apparemment pas suffisants pour créer net élan haussier.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,1% (-4,14 points) à 4.308,66 points vers 08h40 GMT. À Francfort, le Dax avançait de 0,12% et à Londres, le FTSE perdait 0,13%%. L’indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,02%.

En Allemagne, la croissance était à 0,4%, contre un consensus de 0,3%, notamment grâce à une forte hausse des exportations alors que le PIB français sur la même période, accentué par la consommation des ménages et l’investissement, a augmenté de 0,3% tandis que les économistes anticipaient +0,2%.

Dans la zone euro, les Pays-Bas ont vu leur croissance augmenter à 0,7% sur les trois derniers mois de l’année et l’Autriche à 0,3%. Les économistes estiment une croissance de 0,2% d’un trimestre à l’autre. Jeudi, Wall Street a fini en hausse modérée, les investisseurs ayant préféré voir dans les mauvais indicateurs du jour un effet passager des conditions météorologiques de cet hiver plutôt qu’un signal d’alarme pour l’économie.

Tandis que la Bourse de Tokyo était en baisse, la plupart des places asiatiques étaient bien orientées ce vendredi, à l’instar de la Bourse de Hong Kong, qui a montré sa meilleure performance hebdomadaire en cinq mois. L’indice des pays émergents évolue en augmentation de 0,53%, ce qui distance les turbulences qui avaient secoué ces marchés le mois dernier.

Quand au rouble russe, il accuse un net repli pour le deuxième jour consécutif, les cambistes se délestant de la devise avant une réaction de politique monétaire de la banque centrale russe, la première de l’année 2014. Les économistes pensent que le statu quo sera observé, ce qui n’empêche pas les courtiers de constater une petite nervosité sur le marché. Les statistiques macro-économiques américaines sont la baisse inattendue des ventes au détail, la hausse des inscriptions hebdomadaire au chômage, toutes ces nouvelles moins bonnes que prévu pèsent sur le dollar, qui recule de 0,24%.

Quand à l’euro, en hausse de 0,1% face au billet vert, il ne semble pas etre affecté par les développements politiques en Italie, où le président du Conseil italien Enrico Letta, désavoué par son Parti démocrate, doit publier ce vendredi sa démission au président Giorgio Napolitano, qui devrait charger Matteo Renzi de promouvoir un nouveau gouvernement.

Le net recul du billet vert ne profite pas aux cours du pétrole, le Brent semblant parti pour inscrire une baisse sur l’ensemble de la semaine alors que ceux de l’or s’inscrivent en hausse.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur