L’intérêt de détenir un fonds de minimum variance

Mis à jour le: 04/07/2018 par Jonathan Levy

Entre le 1er janvier et le 11 décembre 2015, le CAC 40 progresse de 6% environ. Si la performance reste positive, on constate qu’elle est très erratique. Le parcours de l’indice est en effet assez chaotique depuis le 1er trimestre.

Pour profiter au mieux d’une année comme 2015, il existe différentes stratégies d’investissement, qui cherchent à profiter de la progression des indices, tout en limitant le risque. Les fonds de minimum variance constituent une de ces stratégies.

La variance est une mesure du risque. En statistique, elle sert à déterminer la dispersion d’une série de données.

Dans la stratégie de minimum variance, le gérant sélectionne des valeurs pour leur faible volatilité ou pour la faible corrélation aux autres valeurs du portefeuille. En effet, on constate que moins les valeurs sont corrélées entre elles, plus le fonds sera stable en cas de tension sur les marchés financiers.

Le but de la stratégie de minimum variance est donc de limiter la casse dans les phases de baisse des marchés, tout en profitant des phases de hausse.

Voici un exemple de fonds de type « minimum variance » :

 

Robeco European Conservative Equities I EUR (LU0312333569)

Année Perfomance
2015 18,5 %
2014 12,7 %
2013 19,2 %
2012 14,8 %
2011 -2 ,3 %

 

Chaguir Mandjee, le gérant du fonds « bienprévoir.fr Minéral Patrimoine » (FR0012333268), nous indique sa volonté d’investir d’avantage dans des fonds de minimum variance, notamment celui de Robeco ci-dessus.

Selon lui, ces fonds devraient particulièrement bien s’en sortir dans les conditions de marchés actuels : tendance haussière avec une forte volatilité. 

 

Par Jonathan Levy

Président, co-fondateur de bienprévoir.fr