Les livrets sur-vendus aux épargnants bénéficient au bilan des banques, pas aux épargnants.

Mis à jour le: 05/07/2018 par Vincent Cudkowicz

Simple et attractif, les livrets et superlivrets connaissent les faveurs des épargnants Français, au détriment de l’assurance-vie, qui traversent une période difficile.

Pourtant, cette désaffection n’est pas l’unique fait des particuliers, et elle est même une conséquence des stratégies des banques.

Les banques sont en effet de plus en plus nombreuses à « pousser » commercialement – et artificiellement – les livrets auprès de leurs clients.
Pas toujours dans le seul but de bénéficier aux seuls épargnants…

Pour les banques françaises, l’échéance de juin 2012 arrive à grands pas ; elles devront rendre leur copie et prouver une augmentation significative de leur fonds propres, imposées par la réglementation.
Une vaste campagne de réorientation de l’épargne de leurs clients a donc été entamée, vers des produits qui renforcent leurs bilans, comme les livrets et les comptes à terme.

Leur encours (environ 2.000 milliards d’euros) a ainsi augmenté de plus de 100 milliards entre janvier et octobre 2011.
Le placement en assurance-vie, lui, n’est pas comptabilisé dans les bilans qui seront présentés dans moins de 6 mois…

« Mais on ne prépare pas sa retraite ou un achat immobilier avec un livret » explique Vincent Cudkowicz, Directeur Général de Bienprévoir.fr. « Ces placements sont valorisés à trop court terme, plafonnés, et peu rentables. Il ne faut pas tout confondre. Un livret est un bon moyen de disposer d’argent immédiatement, en cas de coup dur. »

Selon lui « il ne faut pas hésiter à demander des informations aux assureurs, aux indépendants. De nombreux Français seraient très surpris de découvrir qu’ils peuvent placer leur argent de manière sûre, et bien plus rentable avec un contrat en dehors de leur banque… ».

  • Quels sont les risques d’une épargne uniquement basée sur les Livrets ?
  • Les particuliers peuvent-ils souffrir de cette politique ?
  • Comment les banques appréhendent-elles l’échéance de juin 2012 ?

A propos de « bienprévoir.fr »,
Courtier Conseil Nouvelle Génération, est le petit acteur qui monte dans le domaine des placements financiers et de l’épargne en général.
Ni banque, ni assureur, totalement indépendant, « bienprévoir.fr » s’appuie sur le plus large réseau de partenaires en France, lui permettant de proposer l’une des offres de placements financiers la plus étendue du marché, renouvelée en permanence, et souvent constituée d’offres exclusives « bienprévoir.fr» rend à nouveau l’épargne accessible aux Français à deux titres :

  • Accessibilité du conseiller (Visio, tchat, Face à Face, téléphone,…) et à travers 3 bureaux en France ( Paris, Lyon, Marseille)
  • Accessibilité des offres à travers une forte dose de pédagogie. « bienprévoir.fr » redonne aux investisseurs plus de visibilité et de compréhension sur leur épargne.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur