Le Fonds en euros est condamné, mais pas l’assurance-vie.


Mis à jour le: 05/11/2019 à 17h12 par Vincent Cudkowicz

article alternative fonds euros

 

Cette fois-ci ce sera la bonne : la pression sur les fonds en euros n’a jamais été aussi forte.
L’ACPR à travers son vice-président annonçait le 10 septembre dernier : « il faudra […] renoncer aux produits en euros offrant à la fois la protection du capital et une liquidité permanente ».

Il rajoute même : « les Français devront aussi évoluer et s’adapter à ce que le marché est à même de leur proposer sans mettre à mal sa rentabilité et sa solvabilité ».

Quelques jours plus tard, l’un des plus gros assureurs de la place, Generali annonçait : « Le modèle actuel de l’assurance-vie, construit autour du fonds euros roi, n’est plus compatible avec les taux négatifs ».
La cause de changement radical dans le monde des placements financiers est liée à la baisse continue des taux depuis 4 ans, et au fait que les taux français à 10 ans, sont désormais durablement en territoire négatif.

Le fonds en euros est donc condamné, mais pas l’assurance-vie.

 

Fin des fonds en euros – que faire ?

INVESTISSEMENT DIVERSIFICATION HORIZON DE PLACEMENT NIVEAU DE RISQUE LIQUIDITÉ OBJECTIF DE PERFORMANCE
Fonds euro diversifiés Pas de risque en capital Immédiate et permanente 3%
Portefeuille de fonds diversifiés 5 ans Prudent Permanente, conditions de marché 3%
Fonds de fonds immobiliers 3-5 ans minimum Risque en capital mesuré Bi mensuelle 4%
Fonds à formule assurance-vie 1-10 ans Protection jusqu’à 40% Permanente conditions de marché 5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En dehors des fonds en euros, l’ensemble des autres placements ne présentent pas de garantie en capital.

 

bullet flèche S gold Solution 1 : Fonds euros atypiques

 

Les fonds en euros classiques, sont condamnés, on l’a vu, à disparaître, ou en tout cas leur accès sera très fortement limité désormais, généralisant les mesures rendant obligatoire d’une part un investissement en unités de compte à côté des fonds en euros, et la fin des frais Zéro pour l’accès au Graal de l’épargne sécuritaire et liquide.

Les fonds en euros atypiques, c’est-à-dire ceux dont le moteur de performance n’est pas l’obligation d’État, mais plutôt l’immobilier ou des poches actions, vont aussi se faire plus rares, et leur accès connaître de plus en plus de contraintes.

Là aussi, il est probable;

  • Qu’ils ne soient plus accessibles sans frais, comme certains épargnants s’y étaient habitués : la sécurité a un coût.
  • Qu’ils ferment progressivement leur accès : il est probable que les compagnies qui ont lancé des fonds en euros, notamment en immobilier, ferment leur accès dans les mois qui viennent.

 

Les fonds euros atypiques, sont-ils menacés comme les autres fonds en euros ?

Ils ne sont pas confrontés aux mêmes ennuis que les fonds en euros classiques, car leur performance, souvent autour de 3% laissent encore de la marge aux assureurs pour prodiguer une gestion rentable, pour l’épargnant et les compagnies.

Cependant, il est illusoire de considérer qu’ils pourront absorber la demande de placements garantie et liquide : ils sont donc condamnés comme les autres.

 

Conclusion : Il faut avoir en tête que le placement sans risque, liquide et disponible à tout moment offrant un rendement positif a vécu.

 

bullet flèche S gold Solution 2 : les fonds de fonds immobiliers

 

La pierre papier, au sens classique du terme, n’est pas une réponse à la disparition du fonds en euros :

  • Les frais d’acquisition des SCPI sont de l’ordre de 6 à 10% ; il faut donc amortir les frais d’acquisition avant de pouvoir envisager de sortir en cas de coup dur.
  • L’horizon de placement est plutôt de 8 ans sur la pierre papier.

 

La solution des fonds de fonds immobiliers, qui sont de plus en plus souvent proposés sous forme de SCI de rendement, est probablement à regarder de plus près dans un contexte de disparition des fonds en euros, ou d’accès restreint :

 

A quoi ressemblent ces SCI de rendement ?

 

  • Les SCI de rendement investissent dans les meilleures SCPI du marché, en profitant de frais d’acquisition réduits, du fait de la masse d’investissement réalisés.
  • Elles investissent également dans d’autres supports immobiliers : club deal en direct, foncières, OPCI, immobilier en direct.

Leur force de frappe croissante, et un marché immobilier tertiaire européen qui se tient très bien et permet d’investir dans de bonnes conditions les flux collectés :

  • Pénurie de bureaux à Paris centre, Berlin, Francfort,
  • Des taux de vacance de l’immobilier européen de bureau / tertiaire à un plus bas historique.
  • Loyers en hausses…

Ces SCI de rendement offrent des conditions de souscription et de rendement qui sont une vraie solution pour remplacer les fonds en euros :

– Des frais réduits par rapport aux SCPI de bureaux : 2% max au lieu de 7 à 10%.
– La garantie de liquidité offerte par l’assurance-vie, car exclusivement disponibles en assurance-vie.
– Un risque limité généralement noté 2 ou 3 sur 7 sur l’échelle AMF du risque ; soit un risque très maîtrisé.

Certes, ça n’est pas une transposition parfaite du fonds en euros, mais avec la montée des frais de gestion des fonds en euros annoncée par les grands acteurs de la place (Société Générale et Generali) et les restrictions de plus en fortes d’accès à ces fonds, les SCI de rendement au risque limité vont représenter une alternative de plus en plus crédible.

 

Exemples de placements :

SCI Performances 2018 Performances 5 ans
Capimmo  (Primonial) 4,20% 24%
UniCimmo  (La Française AM) 3,07% 19%
Viagénérations  (Turgot AM) 6,42% N/D

Tangram  (Amundi)

(NOUVEAU)

4%* N/D

Données au 25/09/2019. Performances avant frais de gestion du contrat d’assurance-vie. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Sources : ACPR

*Performance cible en année pleine

 

bullet flèche S gold Solution 3 : Fonds structurés à formule avec forte protection

 

Les unités de compte à formule, avec une protection contre la baisse des marchés, associée à un objectif de gain, reprennent de la vigueur et de l’intérêt, actuellement, du fait de deux facteurs :

  • Le retour d’une certaine volatilité sur les marchés
  • Le besoin de solutions innovantes dans la lignée de l’évolution de marché demandé tant par les régulateurs que par les compagnies d’assurance

Ces produits à formule fonctionnent ainsi :

  • Un objectif de versement d’un ou plusieurs coupons sur une échéance donnée,
  • Des fenêtres de sorties anticipées comprises entre 1 an et 10 ans,
  • Un investissement équipondéré sur 3 ou 4 actions différentes, appartenant ou non à un secteur économique commun. Les produits assis sur des indices sont moins attractifs actuellement, car les indices sont déjà élevés.

Ces dernières années, les investisseurs friands de ce genre de solutions recherchaient plutôt à maximiser leurs espérances de coupons, tout en acceptant une protection du capital moindre, de l’ordre de 20% par exemple.

Aujourd’hui, vu le contexte de prudence recherché tant par les investisseurs que recommandés par de nombreux gestionnaires, la protection en capital est plus recherchée que le gain à la sortie.

Exemple de produit à formule issue de la gestion structurée dit « auto-call » : Phoenix Plus Pétrolier Décembre 2019 :

 

  • Produit servant un coupon de 2,75% par semestre, soit 5,5% par an,
  • Une protection du capital jusqu’à 40%,
  • Un versement des coupons jusqu’à -25% de baisse,
  • Un produit exposé à 3 actions équipondérées appartenant au secteur pétrolier.

 

Le produit versera un coupon dès qu’à une date de constatation semestrielle :

  • Les 3 actions seront au-dessus d’une barrière de -25%.

Le capital sera remboursé dès qu’à une date de constatation semestrielle les 3 actions sous-jacentes seront en progression par rapport à leur niveau au lancement.

Ce type de placement répond, donc à un objectif d’abord de protection du capital (-40%) tout en offrant la possibilité de dégager des revenus de son capital tout à fait satisfaisant dans un contexte de taux très bas (autour de 5%).

 

bullet flèche S gold Solution 4 : Gestion profilée prudente

 

Dernière solution, probablement moins originale, mais qui fait ses preuves, celle consistant à compenser la disparition progressive et annoncée des fonds en euros ; opter pour un portefeuille prudent en passant par des fonds soigneusement sélectionnés et diversifiés.

En adoptant une telle gestion composée de quinze à vingt lignes différentes peu corrélées entre elles, il est possible dans le contexte actuel de viser une volatilité faible inférieure à 2% tout en permettant de viser un objectif de rendement de l’ordre de 3 – 4% max.

 

Conclusion :

Le monde de l’épargne en France connaît une révolution inédite depuis 40 ans ; la fin annoncée des fonds en euros.

Les épargnants Français vont devoir changer leurs habitudes, mais les acteurs et les professionnels du marché offrir, comme le soulignait le vice-président de l’ACPR début septembre, vont devoir également enrichir leur offre et proposer des produits « sans mettre à mal la rentabilité et la solvabilité ».

La réponse existe déjà et repose sur deux paramètres que les français vont devoir s’habituer à intégrer : la garantie à tout bout de champ du capital n’existe plus, tant qu’on sera dans un univers de taux négatifs, la disponibilité des fonds permanente n’est plus tenable.

Les solutions prudentes passeront par la diversification des avoirs essentiellement basés sur 3 types de solutions : les fonds immobiliers, les produits actions avec protection du capital, les portefeuilles de fonds diversifiés sur 15 à 20 lignes non corrélées.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les alternatives aux fonds euros ? 

>> Remplissez le formulaire ci-dessous

pour qu’un conseiller indépendant, bienprévoir.fr vous contacte <<


(Le code postal est nécessaire pour être contacté par un conseiller bienprévoir.fr de votre région)


Ces informations strictement confidentielles vont permettre, exclusivement, à un Conseiller en Gestion de Patrimoine de bienprévoir.fr de prendre contact avec vous pour vous aider dans vos démarches de placements

Politique de confidentialité et désinscription

Placements sans garantie du capital, ni garantie de performance.

Par Vincent Cudkowicz

Directeur Général, co-fondateur